L’Inde et l’Afrique veulent renforcer leurs liens commerciaux

10 Novembre 2015

De nombreux chefs d’État africains, réunis à New Dehli du 26 au 29 octobre pour le troisième sommet du Forum Inde-Afrique, ont rencontré les dirigeants indiens pour discuter, entre autres, de coopération économique et commerciale. Au terme de cette rencontre de 4 jours, ils ont adoptés la Déclaration de Dehli, intitulée « Partenaires pour le progrès : vers un programme de développement dynamique et transformatif », qui se concentre sur divers aspects de la coopération économique et en matière de développement entre ces deux marchés en pleine évolution.

« La coopération dans les domaines du commerce, de la technologie et du renforcement des capacités forme la base de notre relation », a déclaré le ministre du commerce indien, Nirmala Sitharaman. S’appuyant sur l’héritage des deux forums Inde-Afrique précédents, la déclaration vise à accroitre les bénéfices d’une coopération économique plus étroite, tout en intégrant le nouvel agenda global de développement durable.

Dans sa déclaration, la présidente du Libéria, Ellen Johnson Sirleaf, a salué l’efficacité de l’évènement, soulignant que le sommet a contribué à l’approfondissement des relations entre l’Inde et l’Afrique, que ce soit en matière de commerce, d’investissements privés, de programmes bilatéraux ou encore d’accords de financement.

L’Inde est le quatrième plus important partenaire commercial pour l’Afrique, suivant la Chine, les États-Unis et l’Union européenne. Au cours de la dernière décennie, le commerce bilatéral entre l’Inde et l’Afrique a connu un accroissement significatif, pour atteindre 70 milliards de dollars américains aujourd’hui.
 

Commerce et développement

Selon la déclaration, les dirigeants africains et le premier ministre indien, Narendra Modi, se sont accordés pour promouvoir « les relations commerciales directes par le biais de l’ouverture des marchés », ainsi qu’augmenter « l’intensité des relations commerciales », tout cela en vue de contribuer à une croissance et un développement économiques durables.

La déclaration salue également le récent lancement de la Zone de libre-échange tripartie entre 26 nations africaines, qui couvre les trois plus grandes communautés économiques régionales (CER) d’Afrique – le Marché commun des états d’Afrique australe et de l’est (COMESA), la Communauté d’Afrique de l’Est (CAE) et la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC).

La déclaration appelle la communauté internationale à étendre les bénéfices des initiatives visant à réduire le fardeau de la dette pour les pays africains pauvres très endettés.

« Les échanges commerciaux et économiques entre l’Inde et l’Afrique constitue une composante vitale de notre relation globale avec ce continent », a déclaré le ministre indien des affaires extérieures, Sushma Swaraj, lors de l’inauguration du Forum d’affaires Inde-Afrique, tenu à New Delhi dans le cadre du forum.

Pour Sitharaman, l’Inde et l’Afrique ont des positions alignées sur les questions relatives à l’OMC, et soutiennent toutes deux le système commercial multilatéral.
 

Coopération technologique

La déclaration contient plusieurs dispositions qui mettent un accent particulier sur le besoin de soutenir le développement des infrastructures et la coopération technologique en Afrique.

La collaboration dans le développement et l’utilisation de technologies appropriées, en particulier dans les domaines de l’agriculture et des communications, est mentionnée à plusieurs reprises dans le document. Certains observateurs notent que cela ne constitue pas une surprise, au vu du boom connu par le secteur technologique indien et du besoin d’infrastructures technologiques de l’Afrique.

« Notre partenariat ne se concentre pas sur l’exploitation et l’extraction, mais plutôt sur les besoins africains et les forces indiennes », a déclaré Vikas Swarup, le porte-parole du ministère indien des affaires extérieures.

L’Afrique est riche en ressources naturelles et en ressources humaines qualifiées, et l’Inde pourrait être une source de technologie afin de valoriser davantage les abondantes matières premières africaines, a noté le ministre de l’industrie et du commerce du Zimbabwe, Mike Bimha. « Nous aimerions voir une valeur ajoutée dans ce que nous produisons, et commercer non pas uniquement avec nous-même, mais aussi avec le reste du monde », a déclaré Bimha.
 

Régime de préférences indien

« Nous convenons d’accélérer la mise en œuvre du schéma de préférences tarifaires à taux zéro offert par l’Inde », peut-on lire dans la déclaration. L’an passé, l’Inde a révisé son régime d’accès aux marchés en franchises de droits pour les pays les moins avancés (PMA) afin d’accroître ses échanges avec le continent africain.

L’Inde a lancé ce régime de préférence pour les PMA en 2008. Ce dernier est ouvert aux 48 PMA, y compris 32 PMA africains. Les produits présentant un intérêt particulier pour l’Afrique et qui sont couverts par ce schéma incluent le coton, le cacao, l’aluminium, le cuivre, les noix de cajou, la canne à sucre et le prêt-à-porter, entre autres.

Certaines études indiquent toutefois que le schéma exclut plusieurs produits pour lesquels les PMA africains détiennent un avantage comparatif important, tels que le café, le thé, les fruits et légumes, les épices, le fer et l’acier. Certains observateurs ont donc souligné par le passé que la structure de ce régime de préférences en limite l’efficacité.


Rapport ICTSD. Article initialement paru dans Bridges Africa, 4 novembre 2015. Sources: “India hosts biggest Africa summit, plays catchup with China,” Reuters UK, 26 octobre 2015; “We Support Indian Companies Investing in Africa: Sushma Swaraj” NDTV, 28 octobre 2015.

Crédit photo: "Flag of India, New Delhi,"  Yann Forget, Wikimedia Commons, Licence GNU Free Documentation, commons.wikimedia.org/wiki/File:Flag_of_India,_New_Delhi.jpg.

TAG: 
Afrique, Inde
19 Juin 2017
Dans le cadre de la Conférence des Nations unies sur les océans, qui s’est terminée le vendredi 9 juin, les représentants et responsables gouvernementaux ont adopté un « appel à l’action » qui vise à...
Share: 
20 Juin 2017
Nombre de femmes africaines ont trouvé dans le commerce informel transfrontalier un moyen d'échapper à des conditions de vie précaires. Quels sont les obstacles qu’elles doivent surmonter pour s'...
Share: