La pêche durable, une promesse de développement

21 Décembre 2016

Que ce soit d’un point de vue environnemental, sociétal ou économique, les océans et la pêche jouent un rôle essentiel dans le bien-être des populations du monde entier. Dans certains pays côtiers et insulaires d’Afrique en particulier, la part des protéines issues du poisson dans l’alimentation peut atteindre 63 pourcent. En plus des aspects relatifs à la sécurité alimentaire, le secteur de la pêche occupe une place centrale dans la culture et l’économie de nombreux pays africains, ce qui en fait un sujet de préoccupation majeur pour le développement durable.

Dans ce contexte, la gestion durable des pratiques de pêche est devenue une priorité pour la communauté internationale. Au cours des cinquante dernières années, l’effort mondial de pêche et les prises ont connu une augmentation considérable, avec de graves conséquences sur les stocks de poisson et les écosystèmes marins. L’un des grands facteurs derrière cette tendance réside dans l’octroi de subventions encourageant la surcapacité et la surpêche, qui suscitent d’importantes préoccupations en matière de sécurité alimentaire et de développement économique.

Pour répondre à ce problème au niveau multilatéral, les membres de l’OMC se sont engagés en 2001 à clarifier et améliorer les disciplines de l’organisation sur les subventions à la pêche. À ce jour toutefois, malgré les efforts déployés, ces discussions n’ont pas permis d’aboutir à des règles permettant de mettre un frein aux subventions préjudiciables dans le secteur de la pêche. Dans ce contexte, que faut-il espérer des négociations de l’OMC sur la pêche à l’approche de la onzième conférence ministérielle ? Dans le premier article de ce numéro, Stephen Fevrier et Manleen Dugal reviennent sur les discussions les plus récentes au sein de l’OMC, en se penchant sur leurs implications pour le continent africain.

Un autre aspect important pour les économies africaines réside dans la nécessité de renforcer leurs capacités afin de mieux exploiter leurs propres ressources halieutiques. Dans le second article, Papa Gora Ndiaye offre des suggestions sur la manière dont les gouvernements ouest-africains pourraient réorienter leurs politiques de soutien en vue d’encourager le développement de chaînes de valeur dans le secteur de la pêche.

Ce numéro contient également une interview avec Mathias Ismaïl, président du groupe OSO S.A., qui jette un éclairage sur le projet d’élevage biologique de crevettes d’OSO à Madagascar, une initiative ambitieuse qui a su faire des normes de gestion durable le moteur de développement de l’entreprise. Enfin, l’article d’Ussif Rashid Sumaila émane des travaux du groupe d'experts de l'initiative E15 sur la pêche et les océans. L’auteur y présente un certain nombre d’options de réforme qui permettraient au système commercial mondial d’encourager la transition vers une gestion durable de la pêche et des océans.

Continuez à suivre l’actualité sur le commerce et le développement durable en Afrique sur le site web de Passerelles. Vous pouvez aussi nous suivre sur Facebook et Twitter !

L'équipe de Passerelles

This article is published under
21 Décembre 2016
Que faut-il espérer des discussions de l’OMC sur la question des subventions à la pêche ? Et quelles en sont les implications pour les économies africaines ? Il est reconnu de longue date que les...
Share: 
25 Janvier 2017
Selon le rapport World Economic Situation and Prospects 2017 (« Situation et perspectives de l’économie mondiale pour 2017 », ou WESP 2017) des Nations unies, l’Afrique devrait connaître cette année...
Share: