Le congrès américain adopte une nouvelle loi sur la sécurité alimentaire

22 Juillet 2016

Le congrès américain a récemment adopté le Global Food Security Act [loi sur la sécurité alimentaire dans le monde], qui alloue 7,3 milliards US$ entre 2017 et 2021 au soutien d’initiatives relatives à la lutte contre la faim et la sécurité alimentaire.  

Cette nouvelle loi institutionnalisera à titre permanent l’initiative phare du président américain Barack Obama « Feed the Future », qui vise à toucher des millions d’agriculteurs dans 19 « pays prioritaires ». Ce programme a pour but d’accroître les revenus des petits exploitants agricoles et d’améliorer la sécurité alimentaire et l’alimentation dans le cadre de plans de développement et d’investissement menés par les pays concernés.  

« Cette initiative de développement innovante a permis d’accélérer la croissance économique et de stopper la montée de la famine, de la pauvreté et de la malnutrition en l’espace de quelques années », a déclaré Obama.

Le président américain doit encore signer le texte pour qu’il ait force de loi. À la date de parution de cet article, le projet de loi figurait encore dans la liste des « lois en préparation » sur le site internet de la Maison Blanche. 

Le projet de loi prévoit également une augmentation des ressources humanitaires américaines destinées à l’assistance en cas de catastrophe, y compris l’aide alimentaire d’urgence dans les situations de catastrophe naturelle ou d’origine humaine. Le Bureau du budget du Congrès américain estimait en juin que le coût de la nouvelle loi devrait s’élever à 5,5 milliards de dollars entre 2017 et 2021 au titre de l’assistance humanitaire, et à 1,8 milliards de dollars en 2017 et 2018 au titre des initiatives relatives à la sécurité alimentaire.

 

Réforme de l’aide alimentaire

Ce projet de loi fait suite à la Conférence ministérielle de l’OMC de décembre dernier à Nairobi, au cours de laquelle les pays membres ont mis en place de nouvelles disciplines pour résoudre les problèmes de l’aide alimentaire, en demandant aux pays de s’assurer que l’aide alimentaire internationale n’ait pas d’effet indu sur les marchés commerciaux établis de produits de base agricoles, tout en veillant à ce que ce soutien reste disponible pour les urgences humanitaires (voir Passerelles Mise à jour #5, 23 décembre 2015).

Les membres de l’OMC ont également convenu qu’ils s’abstiendraient d’émettre une aide alimentaire « en nature » lorsqu’une telle aide a un impact négatif sur la production locale de denrées similaires. 

« La loi sur la sécurité alimentaire dans le monde n’aura pas d’effet sur l’aide alimentaire actuelle en nature des États-Unis », indique Eric Muñoz, conseiller senior de politique chez Oxfam America. Il note que le projet de loi dispense de ses dispositions certaines initiatives en nature existantes, telles que Food for Peace.

En plus d’un soutien en nature, Food for Peace peut également distribuer des transferts d’argent ou des bons d’aide dans les situations d’urgence résultant de catastrophes ou de conflits. Le programme lutte également contre les causes profondes de la faim dans ses interventions.

Le mandat d’assistance en cas de catastrophe du projet de loi se concentre principalement sur la fourniture d’une aide alimentaire d’urgence. La section 7 du projet révise le Foreign Assistance Act de 1961, qui intégrait les programmes d’assistance à l’étranger de l’époque et instituait l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID). Les changements portent le Programme de sécurité alimentaire d’urgence de l’agence américaine à 2,8 milliards de dollars par an au titre de l’assistance alimentaire d’urgence pour les années 2017 et 2018.

 

Reportage ICTSD.

2 Septembre 2015
Le Secrétariat de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES), un traité intergouvernemental regroupant 181 parties, et l’Union...
Share: 
14 Septembre 2015
Les représentants des pays de la Communauté économique des États d’Afrique centrale (CEEAC) ont tenu un sommet extraordinaire, à la fin du mois d’août, en vue de coordonner leurs positions en matière...
Share: