Pour l’Inde, le renforcement des capacités en Afrique est crucial

17 Mars 2016

Les 14 et 15 mars 2016 s’est déroulée, à New Dehli, la 11ème édition du Conclave Inde-Afrique. L’évènement, qui avait pour thème « Revigorer les partenariats, renforcer les liens », a réuni 23 ministres africains, plus de 400 délégués provenant de 37 pays d’Afrique, ainsi que plus de 400 délégués indiens. Il a notamment permis de réaffirmer les axes prioritaires de la coopération entre l’Inde et le continent africain.

Le Conclave Inde-Afrique, dont la première édition s’est tenue en 2005, est organisé chaque année par la Conférence des industries indiennes (CII) et la Banque indienne d’import-export (Exim Bank of India), avec le soutien des ministères indiens des affaires extérieures et du commerce. En tant que lieu de rencontre entre les autorités et les communautés d’affaires indiennes et africaines, il vise à stimuler le renforcement des relations économiques et des partenariats entre l’Inde et l’Afrique.
 

L’importance du renforcement des capacités

Au cours de l’évènement, Vijay Kumar Singh, le ministre d’État indien aux affaires extérieures, a tenu à souligner le fort potentiel des liens économiques Inde-Afrique. Il a insisté sur la nécessité d’approfondir la coopération bilatérale et les partenariats pour promouvoir un développement durable, notamment dans des domaines tels que l’énergie solaire, les technologies propres, ou encore le développement d’une agriculture résiliente face au climat, selon un communiqué de la CII.

En particulier, le ministre a indiqué que l’Inde octroie une très grande importance au renforcement des capacités dans ses liens avec le continent africain. « Nous pensons que le renforcement des capacités restera toujours un élément essentiel de notre coopération. […] Nous sommes convaincus que lorsque qu’on s’associe pour favoriser le développement, on doit forger des aptitudes et des capacités », a-t-il indiqué aux délégués présents.

« La résurgence économique de l’Afrique est bénéfique pour la résurgence économique de l’Inde. Aujourd’hui, avec notre PIB qui croît […], nous sentons que nos capacités doivent aller vers notre frères et sœurs d’Afrique », a-t-il ajouté. Il a indiqué que l’Inde compte partager ses connaissances, ses ressources, sa technologie et d’autres formes de soutien avec les pays du continent africain.
 

Accroître le commerce entre l’Inde et l’Afrique

Du point de vue du commerce, les échanges entre les économies africaines et l’Inde se portent plutôt bien. Il sont passés de 30 milliards US$ en 2008 à 72 milliards US$ en 2015. À l’heure actuelle, l’Inde représente le quatrième plus important partenaire commercial pour l’Afrique, suivant la Chine, les États-Unis et l’Union européenne.

Néanmoins, selon le ministre d’État indien aux affaires extérieures, le potentiel d’accroissement est encore énorme en matière d’échanges commerciaux. En particulier, il a encouragé les pays les moins avancés (PMA) du continent africain à tirer profit au maximum du régime indien d’accès aux marchés en franchise de droits et sans contingent. Ceci permettrait d’accroitre la part des PMA dans le commerce africain avec l’Inde.

En novembre dernier, de nombreux chefs d’État africains avaient rencontré les dirigeants indiens lors du troisième sommet du Forum Inde-Afrique. La réunion avait abouti à l’adoption de la Déclaration de Dehli, intitulée « Partenaires pour le progrès : vers un programme de développement dynamique et transformatif », qui se concentre sur divers aspects de la coopération économique et en matière de développement entre l’Inde et l’Afrique. Cette dernière est également assortie d’un cadre stratégique de coopération.

La déclaration prévoit notamment le renforcement du commerce et de l’investissement entre l’Inde et le continent africain par différents moyens. Elle vise ainsi à « promouvoir les échanges d’investissement et encourage l’établissement de relations commerciales directes à travers l’ouverture de nouveaux marchés et l’augmentation du niveau de commerce entre l’Afrique et l’Inde, et ce afin de contribuer à un développement et une croissance durable ». La 11ème édition du Conclave Inde-Afrique constituait donc une belle opportunité de capitaliser sur ces récents engagements en matière d’accroissement des échanges.

Par ailleurs, au-delà du volume de commerce en tant que tel, plusieurs interventions ont souligné que l’Inde pourrait contribuer à la transformation structurelle du continent africain. Une telle transformation est généralement définie comme une réallocation de l'activité économique des secteurs à faible productivité, comme l’extraction de matière première, vers ceux où elle est plus forte, comme l’industrie manufacturière ou les services.

S’exprimant lors de l’évènement, le vice-président du Ghana, Kwessi Amissah Arthur, a affirmé que les entreprises et les investisseurs indiens peuvent jouer un rôle clé en aidant les industries africaines à progresser vers le haut dans les chaînes de valeur. Pour l’homme d’affaire indien Noel N. Tata, qui officie en tant que président du comité sur l’Afrique de la CII, l’Inde constitue un marché de destination très intéressant pour l’Afrique, en particulier eu égard à l’objectif des pays africains d’accélérer la croissance de leur industrie manufacturière.
 

Rapport ICTSD.
Sources : « Capacity building vital for India-Africa cooperation: VK Singh », Business standard, 14 mars 2016 ; « India-Africa Project Partnership to strengthen relations », India Infoline, 15 mars 2016. 

TAG: 
Afrique, Inde
19 Juin 2017
Dans le cadre de la Conférence des Nations unies sur les océans, qui s’est terminée le vendredi 9 juin, les représentants et responsables gouvernementaux ont adopté un « appel à l’action » qui vise à...
Share: 
20 Juin 2017
Nombre de femmes africaines ont trouvé dans le commerce informel transfrontalier un moyen d'échapper à des conditions de vie précaires. Quels sont les obstacles qu’elles doivent surmonter pour s'...
Share: