Salle de presse

29 Novembre 2016

Le parlement tanzanien conseille au gouvernement de ne pas signer l’APE

Les membres du parlement tanzanien ont unanimement appelé le gouvernement du pays à ne pas signer l’Accord de partenariat économique (APE) négocié entre l’UE et les États membres de la Communauté de l’Afrique de l’Est (CAE), soulignant pour bon nombre d’entre eux ses implications potentiellement négatives pour la stratégie d’industrialisation de la Tanzanie si l’accord était signé dans sa forme actuelle. 

Les parlementaires du parti au pouvoir comme ceux de l’opposition ont appelé le gouvernement tanzanien à renégocier les termes de l’accord pour assurer une meilleure protection des industries nationales, certains d’entre eux exprimant aussi la crainte qu’un rejet de l’accord ait un impact négatif sur la coopération entre l’UE et les pays de la CAE.

Malgré ce vote consultatif, le gouvernement tanzanien a toujours la possibilité de signer l’accord.
 

La Turquie veut renforcer ses liens économiques avec l’Afrique

Près de 1 500 participants, dont de nombreux représentants de haut niveau du monde des affaires et des pouvoirs publics, se sont réunis en novembre à l’occasion du Forum économique et commercial Turquie-Afrique. Cet évènement a servi de plateforme de dialogue entre les cercles publics et privés africains et leurs homologues turcs, en vue de renforcer la coopération économique.

« Les relations économiques et commerciales représentent l’un des principaux aspects de notre intérêt global pour l’Afrique », a affirmé le président turc Recep Tayyip Erdoğan durant le forum.

Évoquant les perspectives d’avenir, le ministre de l’économie Zeybekci a appelé la Turquie et ses partenaires africains à « faire de 2017 l’année du libre-échange », alors que les participants au forum évoquaient la possibilité de mettre en place des accords de partenariat commercial et économique.
 

Banque mondiale : Les pays africains adoptent un nombre record de réformes

Au cours de l’année écoulée, les pays d’Afrique subsaharienne ont adopté un nombre record de réformes en vue d’améliorer le climat des affaires, indique la Banque mondiale dans son rapport Doing Business 2017. L’année écoulée a vu 37 des 48 économies d’Afrique subsaharienne entreprendre un total de 80 réformes, ce qui représente près du tiers de l’ensemble des réformes adoptées dans le monde. Cette année encore, Maurice est l’économie la mieux classée au sein de l’Afrique subsaharienne, suivie du Rwanda (56), du Botswana (71), de l’Afrique du Sud (74) et du Kenya (92).

Le document met toutefois en garde contre un excès d’enthousiasme, car l’Afrique subsaharienne reste la région où les conditions sont les moins favorables aux affaires. 
 

Le Conseil des ADPIC se penche sur l’accès aux médicaments

Les membres de l’OMC ont récemment examiné une série de recommandations formulées par un panel des Nations unies en vue de faciliter l’accès aux médicaments. Ils ont notamment discuté des conclusions du rapport relatives au commerce et aux droits de la propriété intellectuelle. 

Le rapport contient des recommandations visant à ce que les pays en développement exploitent pleinement les flexibilités pour l’accès aux médicaments prévues par l’Accord sur les ADPIC.  Les discussions de la semaine dernière auraient évoqué les difficultés potentielles rencontrées par les membres de l’OMC dans l’utilisation de ces flexibilités, ainsi que le risque que les dispositions ADPIC-plus des accords commerciaux régionaux et bilatéraux compromettent leur utilisation.

This article is published under
29 Novembre 2016
La détention de stocks publics à des fins de sécurité alimentaire : options pour une solution permanente (en anglais) – ICTSD – Novembre 2016 Les membres de l’OMC se sont mis d’accord pour parvenir à...
Share: 
29 Novembre 2016
La modification des règles relatives à l’étiquetage du chocolat aux États-Unis pourrait accroître les exportations de karité et doper les revenus des régions productrices de karité en Afrique. D’...
Share: