Stimuler le développement durable grâce aux chaînes de valeur

29 Novembre 2016

Même si les chaînes de valeur internationales, qu’elles soient régionales ou globales, ne sont pas un phénomène nouveau, leur importance dans l’économie mondiale s’est accrue de façon spectaculaire au cours des deux dernières décennies. Ces réseaux de production fragmentés et de plus en plus complexes se sont largement développés, jusqu’à transformer le paysage global du commerce et de l’investissement. Selon la CNUCED, environ 80 pourcent des échanges commerciaux mondiaux ont lieu dans le cadre de ces chaînes de valeurs, ce qui offre un aperçu éloquent de leur échelle.

En matière de développement, il est donc devenu crucial de concevoir et de mettre en œuvre des politiques permettant aux pays en développement de s’intégrer au mieux dans ces réseaux de production. La question n’est pas tant de savoir s’ils doivent ou non participer, mais plutôt de définir comment promouvoir une participation plus inclusive aux chaines de valeurs, afin qu’elles deviennent un véritable moteur pour le développement durable. Si certains gains de développement peuvent jaillirent spontanément de l’activité économique de ces chaînes de valeurs, il existe un consensus sur le fait que sans les bonnes mesures et politiques d’accompagnement, ces effets bénéfiques resteront limités et statiques.

Une première étape essentielle consiste à élaborer une base de connaissances fiable sur le fonctionnement des chaînes de valeurs. Pour être efficaces, les politiques doivent reposer sur des faits. Dans le premier article de ce numéro, Raphael Kaplinsky identifie certaines lacunes importantes en matière de connaissances, auxquelles il faudra remédier si l’on souhaite maximiser la contribution des chaînes de valeurs mondiales (CVM) à la réalisation des Objectifs de développement durable.

Une autre question importante réside dans l’interaction entre différents types de chaînes de valeurs en termes d’ampleur géographique. Dans le second article, Maxime Weigert se penche sur le rôle potentiel que les chaînes de valeurs peuvent jouer en tant que catalyseurs du processus d’industrialisation en Afrique de l’Ouest. Son article souligne que les chaînes de valeur régionales constituent pour la région une première étape pragmatique vers un futur rattachement, plus durable, aux CVM.

Ce numéro contient également deux contributions qui adoptent une approche plus spécifique. Dans son article, Asmita Parshotam examine comment l’investissement peut être exploité pour promouvoir l’intégration des exploitants agricoles tanzaniens dans les chaînes de valeurs, soulignant les succès, mais également les défis des initiatives actuelles. La contribution de Moshe Kao, qui se focalise sur le Lesotho, s’intéresse au potentiel de deux chaînes de valeurs, l’une régionale, l’autre mondiale, dans le secteur du textile et de l’habillement.

Continuez à suivre l’actualité sur le commerce et le développement durable en Afrique sur le site web de Passerelles. Vous pouvez aussi nous suivre sur Facebook et Twitter !

L'équipe de Passerelles

 

This article is published under
23 Février 2017
Les besoins de financement de l’Afrique dans le cadre des ODD sont considérables, s’élevant au minimum à 600 milliards US$ par an. Alors que sa dette, tant extérieure qu’intérieure, augmente, comment...
Share: 
28 Février 2017
L’Organisation mondiale du commerce a annoncé le mercredi 22 février que l’Accord sur la facilitation des échanges (AFE) était désormais effectif, ayant franchi le seuil des 110 ratifications...
Share: