À Xiamen, les dirigeants des BRICS mettent l’accent sur la coopération économique et le développement

18 Septembre 2017

Les dirigeants du Brésil, de la Russie, de l’Inde, de la Chine et de l’Afrique du Sud ont conclu le neuvième sommet des pays dits « BRICS » par la signature d’une déclaration couvrant des sujets tels que la coopération en matière d’économie et de développement, le commerce et l’investissement et d’autres préoccupations d’ordre international.

« La coopération entre les BRICS a désormais atteint un stade crucial de développement », a déclaré le président chinois Xi Jinping lors de la cérémonie d’ouverture du BRICS Business Forum, qui se déroulait le premier jour du Sommet des dirigeants des BRICS, organisé du 3 au 5 septembre à Xiamen en Chine.

« Malgré des conditions nationales différentes, nous, pays BRICS, nous trouvons à un stade comparable de développement et partageons des objectifs de développement communs », a-t-il ajouté.

S’adressant aux participants de la session plénière, Xi a également évoqué le rôle croissant des pays en développement dans la gouvernance et la coopération internationales.

« Nous avons besoin de faire avancer la réforme de la gouvernance économique mondiale, d’améliorer la représentation et l’expression des marchés émergents et des pays en développement et de donner une nouvelle impulsion aux efforts visant à combler le retard de développement entre le Nord et le Sud et à accélérer la croissance mondiale », a commenté Xi.

Le terme BRICS est un acronyme désignant cinq pays : le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud. Ce groupe des cinq plus grandes économies émergentes se composait à l’origine de quatre membres, rejoints en 2010 par l’Afrique du Sud. Depuis 2009, les dirigeants des pays BRICS se réunissent chaque année pour des sommets, le groupe organisant également un éventail complet de réunions ministérielles et autres tout au long de l’année.

Avec le sommet du dixième anniversaire des BRICS prévu l’année prochaine, le groupe réfléchit à l’avenir du forum. Malgré la taille de leurs économies et les similarités entre celles-ci, certains analystes estiment que la structure des BRICS n’a pas encore exploité tout son potentiel. Par exemple, 5,7 pourcent seulement des investissements à l’étranger du bloc et moins de cinq pourcent du total de ses échanges commerciaux ont lieu entre les cinq partenaires.

« Nous devons redoubler d’efforts pour approfondir à tous les niveaux le partenariat entre les BRICS et entrer dans la « décennie faste » de la coopération entre les BRICS », a commenté Xi sur l’avenir du bloc.
 

Déclaration de Xiamen

En clôture du sommet, les dirigeants des BRICS ont signé la Déclaration de Xiamen, un texte commun sur les questions de la coopération économique, de la gouvernance économique mondiale, de la paix et de la stabilité dans le monde et des échanges entre peuples.

« Nous avons besoin de rester concentrés sur la promotion d’une coopération économique axée sur les résultats et de développer des intérêts convergents en matière de commerce et d’investissement, de monnaie et de finance, de connectivité, de développement durable, d’innovation et de coopération industrielle », a déclaré Xi à propos des travaux futurs.

En matière de commerce, la Déclaration de Xiamen contient un paragraphe consacré spécifiquement au soutien du système commercial multilatéral, ainsi que des mentions relatives au protectionnisme.

« Nous restons fermement attachés à un système commercial multilatéral fondé sur les règles, transparent, non discriminatoire, ouvert et inclusif, comme l’incarne l’OMC », précise la déclaration

Xi a également évoqué le système commercial multilatéral dans l’une de ses allocutions de haut niveau prononcées au cours des trois jours de sommet.

« Nous avons besoin de renforcer la coordination sur nos positions, d’œuvrer à un résultat positif lors de la onzième conférence ministérielle de l’OMC à venir, de faire des progrès sur les éléments restants du Cycle de développement de Doha et de donner une orientation au régime multilatéral du commerce », a-t-il indiqué.

La conférence ministérielle de l’OMC doit se dérouler en décembre à Buenos Aires, les membres de l’OMC s’efforçant actuellement de déterminer dans quels domaines ils pourraient parvenir à un résultat lors de cet événement de haut niveau.

Le document des dirigeants des BRICS fait également état de la « ferme » opposition de ces pays au protectionnisme, affirmant que le groupe « réitère [son] engagement existant envers un gel et un démantèlement des mesures protectionnistes », et encourage les autres pays à en faire de même.

En dehors du commerce, la déclaration de Xiamen aborde également de multiples autres sujets, comprenant notamment les changements climatiques, le développement durable, les voies vers des économies à plus faible intensité de carbone, la coopération industrielle, etc.

La déclaration de Xiamen comprend par exemple un engagement de renforcer l’action climatique des pays BRICS et appelle les pays à mettre en œuvre dans son intégralité l’Accord de Paris des Nations Unies sur les changements climatiques. Après l’annonce du retrait des États-Unis de l’accord sur le climat, les pays de l’ensemble du monde en développement ont continué d’apporter leur soutien à l’accord, tout comme un grand nombre d’acteurs locaux (cf. Bridges Weekly8 juin 2017).
 

Nouvelle Banque de Développement

Dans son discours à ses homologues des BRICS, Xi a également mis en avant les récentes avancées dans des domaines tels que la Nouvelle banque de développement ou le Fonds de réserve d’urgence, ainsi qu’en matière de commerce électronique, de facilitation des échanges et de l’investissement, de commerce des services, d’innovation scientifique et technique, de coopération industrielle et de partenariats public-privé.

La Nouvelle banque de développement a été lancée en 2014 par les États des BRICS, avec une mission centrée sur les projets d’infrastructure. Elle a récemment présenté ses objectifs d’accélération de la croissance « verte » et de financement de projets dans les domaines de la protection environnementale et des sources d’énergie renouvelable.

La banque multilatérale de développement s’engage à « soutenir des projets publics ou privés au moyen de prêts, garanties, participations en capital et autres instruments financiers », selon son acte constitutif (Cf. Bridges Weekly17 juillet 2014).

Le Fonds de réserve d’urgence (« Contingent Reserve Arrangement » en anglais) est un cadre de prévention des pressions de liquidité et d’autres difficultés financières.

Les dirigeants ont salué la semaine dernière le lancement du centre régional africain de la Nouvelle banque de développement, ainsi que les progrès réalisés sur le Fonds de réserve d’urgence, indiquant que ces mécanismes avaient pour but de soutenir le renforcement des infrastructures et le développement durable.
 

Travailler avec de nouveaux partenaires

Dans son discours aux chefs d’entreprises le 3 septembre, Xi a également mentionné l’importance d’élargir le travail des BRICS pour y inclure d’autres partenaires sur la scène internationale.

« Nous devrions promouvoir l’approche de coopération « BRICS Plus » et construire un réseau ouvert et diversifié de partenaires de développement pour impliquer davantage de marchés émergents et de pays en développement dans nos efforts concertés de coopération et de bénéfices mutuels », a déclaré Xi.

Dans cet esprit, les dirigeants des BRICS se sont également réunis le 5 septembre avec ceux de l’Égypte, de la Guinée, du Mexique, du Tadjikistan et de la Thaïlande dans le cadre du « Dialogue des BRICS avec les marchés émergents et les pays en développement ».

La réunion aurait abordé les questions de la coopération Sud-Sud, de la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030, de l’Initiative « One Belt, One Road » et de la gouvernance mondiale.

« Les dirigeants de l’ensemble des pays ont échangé des points de vue approfondis sur la mise en œuvre du Programme de développement durable et la mise en place de partenariats complets de développement, et ont évoqué ensemble les principaux projets de coopération internationale pour le développement et de coopération Sud-Sud, parvenant à d’importants consensus », indique le communiqué de presse officiel.
 

Reportage ICTSD. Article initialement publié le 14 septembre 2017 dans Bridges Weekly.

TAG: 
BRICS
1 Septembre 2017
Le débat sur la sortie ou non de la zone franc fait couler beaucoup d’encre, mais il est souvent brouillé par la quantité de passions qu’il cristallise. Comment peut-on jeter un regard plus lucide...
Share: 
22 Septembre 2017
L’ambassadeur kenyan qui préside les négociations de l’OMC sur l’agriculture vient de publier un « état des lieux » informel des discussions, en prévision de la mini-conférence ministérielle prévue...
Share: