Coup de projecteur sur les normes de durabilité

20 Octobre 2017

Dans le monde commercial d’aujourd’hui, se conformer à un nombre croissant de normes de durabilité est devenu une nécessité pour de nombreux producteurs afin d’accéder aux marchés, aux circuits de distribution et aux acheteurs. Dans les chaînes de valeur mondiales en particulier, les entreprises dominantes appliquent un éventail croissant de normes pour garantir que les produits, les services et les processus de production respectent des exigences de durabilité couvrant des domaines aussi variés que le droit du travail, les normes environnementales, l’impact sur le développement des communautés locales.

Les normes de durabilités sont susceptibles de jouer un rôle important pour atteindre des résultats économiques, sociaux et environnementaux souhaitables et participer à la réalisation des Objectifs de développement durable des Nations unies. Mais bien que leur potentiel de soutien au développement durable soit généralement reconnu, ces normes peuvent également avoir des effets négatifs. Sachant qu’elles constituent souvent une condition préalable à l’entrée dans certaines chaînes de valeur ou sur certains marchés, elles peuvent entraîner l’exclusion de producteurs qui ne sont pas capables de s’adapter ou d’obtenir les certifications requises, et notamment de petits producteurs défavorisés dans les pays en développement.

Ce manque de capacité s’explique par un certain nombre d’obstacles – manque d’information, compétences de gestion limitées, absence de formation, coût élevé des certifications – qui peuvent s’avérer particulièrement difficiles à surmonter dans les pays les moins avancés du continent africain. C’est la raison pour laquelle la capacité des entreprises africaines à  bénéficier des normes de durabilité reste pour l'instant très limitée. Il est donc important de mieux comprendre les opportunités et les défis générés par les normes de durabilité dans une perspective de développement.

Dans le premier article de ce numéro, Raphael Kaplinsky et Mike Morris examinent le rôle joué par les normes et réglementations dans les chaînes de valeur mondiales et soulignent certaines de leurs implications en matière de politique publique dans une optique de développement durable. Cette analyse est complétée par un article de Joshua Wickerham et David D’Hollander, qui s’intéresse à la manière dont de nouveaux modèles de partenariat pourraient aider les producteurs africains à tirer un meilleur parti des normes de durabilité. La troisième contribution, un article tiré d’une récente étude d’ICTSD, présente une série d’options politiques pour soutenir une action gouvernementale concertée visant à promouvoir le développement durable par une amélioration de la gouvernance et du fonctionnement des normes privées.

Toujours dans ce numéro, l’article de Jane Muthumbi, Giovanni Valensisi et Junior Davis se penche sur le tourisme et offre des recommandations pour que le continent africain parvienne à conserver une part plus importante des recettes économiques du secteur. Jaime de Melo présente, enfin, une évaluation critique du processus d’intégration au sein des communautés économiques régionales africaines.

Comme toujours, nous sommes heureux de recevoir vos commentaires et suggestions. Écrivez-nous à passerelles@ictsd.ch.

This article is published under
20 Octobre 2017
Le respect des normes et réglementations joue un rôle central en matière de compétitivité commerciale, en particulier au sein des chaînes de valeur mondiales. Quelles sont les implications de ces...
Share: 
20 Octobre 2017
Une série de nouvelles propositions de négociation sur les subventions agricoles et le coton reflète les différences de points de vue sur l’équilibre à trouver entre ambitions et réalisme à l’...
Share: