Editorial

6 Mai 2013

Ce numéro de mai 2013, deuxième de l'année, aborde des problématiques majeures qui alimentent les débats en cours sur le continent africain depuis de nombreuses années.

Le débat sur les chaînes de valeurs globales (CVG) ne fait pas l'unanimité. Certains estiment qu'il est destiné à fournir aux pays développés des arguments pour contourner le système commercial multilatéral qui ne leur permet plus de faire avancer leurs intérêts offensifs et d'ouvrir d'autres agendas de libéralisation à leur profit.  D'autres, pensent au contraire que ce débat est nécessaire, surtout pour les pays africains, qui pourront en profiter pour faire valoir leurs énormes potentialités. Ce numéro fournit des éclairages utiles sur les enjeux des discussions sur cette question, en pesant le pour et le contre, à travers deux  articles très documentés dont l'un est signé par l'Ambassadeur permanent de l'Afrique du Sud à l'OMC.

Dans ce numéro, nous avons mis l'accent également sur la question de la sécurité alimentaire. Les crises alimentaires auxquelles les pays africains font face ne relèvent pas seulement de facteurs exogènes, mais sont engendrées le plus souvent par les choix et options politiques nationales et régionales ainsi que les politiques commerciales mises en place.  Sans trancher le débat en cours en Afrique de l'Ouest sur la sécurité alimentaire, ce numéro fournit d'utiles informations sur les articulations entre politique commerciale et politique agricole d'une part, et entre les politiques de l'UEMOA et de la CEDEAO de l'autre.

Dans son dernier mot, Cheikh Tidiane Dieye met sous les projecteurs la question de la transformation structurelle de l'Afrique, avec en toile de fond, les stratégies pour l'industrialisation de l'Afrique à partir de l'exploitation du capital naturel dont elle est largement dotée, et de la transformation des produits de base. La relance du débat sur  la transformation locale des matières premières apparait dans un contexte où des réflexions sont également menées sur les conditions dans lesquelles les pays africains pourraient s'insérer utilement dans les échanges mondiaux, en élargissant leurs parts dans les chaines de valeurs générées par ces échanges.

Nous vous souhaitons une excellente lecture et nous donnons rendez-vous le mois prochain.

Continuez à suivre l'actualité sur le commerce et le développement durable en Afrique à travers le site web de Passerelles http://ictsd.org/news/passerelles/

L'équipe de Passerelles.

This article is published under
6 Mai 2013
Le « discours » sur les chaînes de valeur mondiales (CVM) est contesté au regard des inquiétudes soulevées par certains. Il serait en effet développé dans le but de fournir aux pays développés des...
Share: 
13 Mai 2013
Un différend entre les exportateurs de fruits sud-africains et les responsables européens a refait surface à propos des restrictions phytosanitaires à l'importation imposées par l'UE sur les agrumes...
Share: