La Chine est-elle un acteur majeur de l’accaparement des terres en Afrique?

30 Août 2013

Dans les débats sur les acquisitions foncières en Afrique la Chine est fréquemment dénoncée comme étant l'un des principaux accapareurs de terres et accusée de contribuerà la déstabilisation des sociétés africaines.Cet article remet en question le rôle que le monde occidental assigne souvent à la Chine.

En l'an 2011 la population mondiale a dépassé la barre des sept milliard d'habitants. La FAO  estime qu'elle atteindra les neuf milliards d'ici 2050  et que la production alimentaire mondiale devra croitre de 70 pourcent afin de pouvoir nourrir la planète.En  même  temps de  nombreuses  régions du  monde  sont victimes  de  la dégradation de  leurs ressources  naturelles  et de  l'épuisement de  leur potentiel agricole. Dans ce contexte l'attention des observateurs internationaux s'oriente surtout vers les régions caractérisées par une raréfaction (réelle ou supposée) des ressources ainsi que vers les régions caractérisées par leurs réserves (réelles ou supposées) en ressources. Ainsi les regards se tournent principalement vers la Chine (raréfaction) et l'Afrique (réserves). Une conviction largement répandue veut que la Chine soit à la conquête des terres en Afrique au péril de la sécurité alimentaire et la stabilité politique des pays africains. Mais qu'en est-il réellement ?

Qu'est ce que l' « accaparement des terres » ?

Avant de discuter du rôle des activités foncières de la Chine sur le continent africain, il est important de récapituler brièvement les raisons de l'accélération de l' « accaparement des terres ». La structure sous-jacente à la ruée mondiale sur les terres arables telles que nous l'observons nettement depuis 2007/08 a été mise en place au cours de la libéralisation des  marchés  fonciers initiée depuis les années  1990.  Mais son  véritable  moteur est l'accélération inquiétante de la crise multiple du capitalisme depuis le début du nouveau millénaire: crises alimentaires, économiques, financières, environnementales, climatiques, énergétiques,  politiques,  etc. Les  réponses apportées à ces différentes  crises ont pour point commun d'être toutes étroitement liées à la ressource terre et donc de renforcer la ruée vers celles-ci. Par exemple, les crises alimentaires sont perçues comme des crises de sous-production et les réponses envisagées passent principalement par l'intensification de l'utilisation de la ressource terre. De même les crises environnementales, climatiques et énergétiques ont renforcé la pression sur les ressources des pays du sud car les réponses apportées sont toutes friandes de terres (« green grab »). Enfin les crises économiques et financières ont également orienté l'attention internationale vers la ressource terre car, en raison de sa raréfaction relative, elle devient un objet d'investissement attrayant pour les promoteurs.

L'Afrique : le continent des terres vacantes ?

Le débat sur les acquisitions foncières est mené de façon très controversée. Les pourfendeurs de l'accaparement des terres qualifient le processus de « large scale investments in agricultural land » qui selon eux, est  nécessaire au développement des régions jusqu'à présent « sous-développées » à travers les infrastructures, le transfert de savoirs et de technologies, les investissements dans le secteur agricole, etc. Les acteurs qui considèrent ces acquisitions d'un œil plus critique les qualifient de « land grabbing » ou d'« accaparement des terres » et mettent en garde contre les dépossessions et expulsions, la destruction des petites et moyennes fermes et le danger du chômage, l'introduction de l'agro-industrie et d'organismes génétiquement modifiés, la pollution et la dégradation des ressources, la violation du droit à la terre et du droit à l'alimentation.

Accusés de mettre en danger la sécurité alimentaire des populations locales, les pourfendeurs des acquisitions foncières se sont vus obligés de développer des nouveaux arguments et c'est  ainsi que sont apparus sur le devant de la scène les concepts  du« yield gap » et des « marginal lands ». Si l'on  en croit la Banque  Mondiale, l'Afrique serait le continent avec le plus grand potentiel agricole inexploité. Nul autre continent ne possèderait  un « yield gap » supérieur,  c'est-à-dire  une différence  plus importante entre les récoltes maximales potentielles et les récoltes effectives. La Banque Mondiale estime que le plus gros potentiel se situe dans les savanes guinéennes africaines (voir figure 1). 93 pourcent de la savane guinéenne est sous ou non-exploitée et quantifie les réserves en terres vacantes (« marginal lands ») à plus de 200 millions hectares. A titre de comparaison, la surface agricole utile de la France s'élève à 29 millions d'hectares.

La Chine: un des acteurs de l'accaparement des terres en Afrique?

Avec ses 1,3 milliard d'habitants, il n'est pas étonnant que les politiques alimentaires et agricoles de la Chine aient des répercussions directes au niveau mondial et soient perçues comme menaçantes par les puissances traditionnelles. Aujourd'hui la Chine a développé pratiquement tout son potentiel  agricole et une extension  supplémentaire  des surfaces agricoles semble impossible. Les contraintes sont majeures : alors que vit en Chine 20 pourcent de la population mondiale, elle ne dispose que de 8 pourcent des surfaces agricoles mondiales et seulement 6 pourcent des réserves annuelles en eau douce. En même temps, la Chine connait une croissance rapide de la demande  en produits agricoles, estimée  à23 pourcent par an depuis le début du nouveau millénaire, en raison des transformations sociales majeures et du changement des habitudes alimentaires avec l'émergence d'une classe moyenne estimée à 20 pourcent de la population. Ainsi la consommation de viande a augmenté entre 1980 et 2010 de 15 à 70 kg par personne et par an (à titre de comparaison, cette consommation est de 88 kg en Allemagne et 123 kg aux USA). Un autre facteur non moins important entrainant une explosion de la demande en agro-ressources est la forte croissance de l'industrialisation. Compte tenu de cette situation, de nombreux observateurs occidentaux estiment que la Chine est dans l'incapacité de faire face à sa demande interne en  ressources  agricoles et sera  donc  contrainte  de  développer  une  politique  de  out- sourcing agricole et donc de going-out foncier. Ceci explique pourquoi la Chine est souvent mentionnée comme l'un des acteurs principaux de l'accaparement des terres.

Cette analyse semble se confirmer si l'on regarde les données de la land matrix, la banque de données open access la plus complète qui existe actuellement sur les activité foncières au niveau mondial (www.landmatrix.org).  -. Lors du lancement de la land matrix en avril 2012 la Chine semblait faire partie des acteurs majeurs dans le domaine des acquisitions foncières en Afrique (voir fig. 2).

Après la mise en ligne de la land matrix, divers spécialistes ont remis en question de nombreuses données et notamment certaines transactions asiatiques. Ces critiques ont eu pour effet de modifier les informations dans la banque de données au point de livrer, un an après, une toute autre image (voir fig. 3). Les corrections effectuées dans la banque de donnée jusqu'en avril 2013 suggèrent que les principaux investisseurs fonciers en Afrique ne proviennent pas d'Asie mais d'Europe. Selon la land matrix d'avril 2013, les dix plus importants acteurs des acquisitions foncières en Afrique sont (en million d'hectares): les Émirats Arabes Unis (1,9), l'Inde (1,8), le Royaume-Uni (1,5), les USA (1,4), l'Afrique du Sud (1,3), l'Italie (0,6), l'Allemagne (0,5), le Soudan (0,5), l'Éthiopie (0,4) et le Portugal (0,4). La Chine n'arrive qu'en 19ème  position avec 0,16 million d'hectares.
La question est alors de savoir pourquoi la Chine est aussi peu présente dans la ruée mondiale sur les terres agricoles alors que son développement démographique  et  les transformations socioéconomiques majeures laissent penser qu'elle n'a pas d'autre choix que de s'engager sur ce chemin. Pour répondre à cette question il faut différencier entre la production agricole alimentaire pour les humains et la production agricole d'aliments pour animaux et/ou de ressources industrielles, car les stratégies chinoises diffèrent nettement sur ces deux plans.

La Chine couvre son besoin en aliments pour animaux et en agro-ressources  agricoles principalement à travers le marché mondial, notamment depuis son adhésion à l'Organisation Mondiale du Commerce en décembre 2001. Les produits agricoles importés par la Chine proviennent majoritairement de l'Asie et des Amériques. L'Afrique joue un rôle mineur aussi bien en ce qui concerne les importations que les exportations agricoles chinoises.

Pour ce qui est des  productions agricoles destinées à l'alimentation des  populations chinoises, il faut tout d'abord constater que le potentiel agronomique de la Chine a été et est toujours sous-estimé par les observateurs occidentaux. Jusqu'à présent la Chine est  pratiquement auto-suffisante dans de nombreux  domaines (fruits, légumes, mais, céréales, riz, etc.).  Malgré la hausse de certaines importations il n'y a pas de signaux d'une dépendance alimentaire de la Chine et l'acquisition internationale de terres ne semble pas faire partie de la stratégie chinoise de sécurisation alimentaire.

Conclusion

L'Afrique est devenue depuis le début du nouveau millénaire un lieu de l'affrontement accru entre les anciennes puissances (Europe, USA) et les nouvelles puissances émergentes (Chine,  Brésil,  Inde,  etc.).  La  Chine  a  notamment transformé et  rompu  les  normes occidentales de coopération internationale avec l'Afrique. Il faut cependant noter que l'analyse des commentateurs occidentaux est malheureusement souvent partie prenante et réduite aux stéréotypes Afrique égale victime et Chine égale menace. Ainsi il existe bien plus d'analyses sur le rôle de la Chine en Afrique que sur les négociations des Accords de partenariats économiques, sur la politique sécuritaire Américaine  (AFRICOM) ou du African Growth and Opportunity Act (AGOA). Et il faut aussi noter que l'Afrique n'est pas seulement le lieu de ces affrontement mais que les Africains eux aussi sont des acteurs de plus en plus importants dans cet affrontement, que ce soient par exemple les opposants à l'accaparement des ressources ou les « responsables » politiques qui les bradent, même si souvent elles ne leurs appartiennent pas. Ainsi il faut aussi constater que selon les chiffres de la land matrix l'Afrique serait même le second plus important accapareur des terres en Afrique (voir fig. 3).
Sans pour autant perde des yeux les activités de la Chine, il serait souhaitable de surveiller de plus prêt les autres acteurs majeurs de l'accaparement  des terres, et notamment les acteurs européens. Mais plus important encore serait de remettre en question nos catégories d'analyses nationales, afin de tenter de mettre à jour les dynamiques plus abstraites  et sous-jacentes  à  l'origine  des  acquisitions  foncières  (marchandisation  et financiarisation des terres, libéralisation des marchés alimentaires, agro-industrialisation, etc.).

Auteur: Philippe Kersting AFRASO, Université de Frankfurt, Allemagne

This article is published under
30 Août 2013
Les articles publiés dans ce numéro ont en commun d'être reliés par la même trame : jeter une lumière sur un pan du tableau de la coopération Sud- Sud. Mon objectif est de mettre en débat la...
Share: 
30 Août 2013
Avec ses ressources naturelles en abondance et un marché de plus d'un milliard de consommateurs, l'Afrique est très vite devenue un centre d'intérêt pour de nombreux pays riches et émergents qui ne...
Share: