Le Sénégal et l’UE signent un accord de pêche

22 Mai 2014

Huit ans après l'expiration du dernier protocole, l'Union européenne (UE) et la République du Sénégal se sont entendus sur un nouvel accord de pêche qui permet aux bateaux battants pavillons européens de pécher dans les eaux sénégalaises en contrepartie d’un  montant de près de 9 millions d’euros qui sera versé sur cinq  ans. Cet accord signé à Dakar le 25 Avril comporte aussi des volets relatifs au développement de l’industrie sénégalaise de la pêche et de la recherche scientifique dans le secteur. 

Le Sénégal a fait une bonne négociation et l’accord qu’il a signé est bien à son avantage, rassure Dominique Dellicour, chef de la Délégation de l’Union européenne. Cet accord qui se veut surtout un partenariat stratégique vise une exploitation durable des ressources  halieutiques, ajoute-t-elle.

 Pour le Sénégal, l’accord constitue un pas vers la réalisation de ses ambitions de lutter contre la pêche illégale dans ses eaux et d’augmenter les revenus qu’il tire de ce secteur où s’active une flotte de 17 000 pirogues. Le pèche représente plus de 10 pourcent des exportations du pays.

Cet accord qui limite la quantité annuelle de merlus noirs et de thons que peuvent pêcher les bateaux battants pavillons européens dans les eaux sénégalaises, respectivement à 2000 tonnes et à 14 000 tonnes avait été récemment contesté par les pêcheurs sénégalais regroupés au sein de plusieurs associations dont le Groupement des Armateurs et Industriels de la Pêche au Sénégal (GAIPS). Ce dernier  a dénoncé le fait de ne pas avoir été associés aux négociations, et a manifesté son indignation face à l’accord : « Les Sénégalais qui veulent se livrer à la pêche du thon se voient refuser les permis tandis que nous accordons ces mêmes permis aux navires européens avait déclaré Adama Lam, vice-président du groupement.

L’accord a aussi été contesté parl’Union patronale des mareyeurs exportateurs du Sénégal (UPAMES) qui dénonce pour sa part le ‘’manque d’information et de transparence’’ dont le ministère en charge de la Pêche a fait montre tout au long de ce processus ayant abouti à la signature de l’accord qui selon elle ne prend pas en considération ‘’la survie économique des industries locales’’. Cet accord donne plutôt aux navires européens la possibilité de pécher et d’exporter en Europe sans aucune garantie sur d'obligation de débarquement pour approvisionner les industries locales’’ estime cette organisation.  ‘’L’urgence de l'heure dans le secteur thonier est de développer un armement national capable de pêcher cette ressource et d'approvisionner correctement les industries locales, afin qu’elles génèrent plus de valeur ajoutée contribuant ainsi plus significativement à l’amélioration de notre Produit intérieur brut’’ selon l’UPAMES.

Face à ces dénonciations  des regroupements professionnels qui jugent l’accord mauvais pour la préservation  des ressources halieutiques,  du côté de l’Union européenne, l’on se veut rassurant en apportant des précisions. Comparant cet accord à ceux signés par le Gabon et la Côte d’Ivoire avec l’Union européenne,   Dellicour a déclaré face à la presse que le Sénégal a très bien négocié. Pour elle, l’Etat du Sénégal va empocher d’ici les prochaines cinq années plus de 9 milliards francs CFA  alors que les deux pays cités se retrouvent avec un peu plus de 3 milliards. Cette somme, selon elle, va permettre au Sénégal en partenariat avec l’Union européenne d’appuyer la politique sectorielle de la pêche   en luttant contre la pêche illicite et non règlementaire, le pillage de la ressource, mais aussi la restructuration de l’écosystème fragile. 

S’expliquant toujours sur ces accords qu’elle qualifie de bénéfiques pour le Sénégal Dellicour a tenu à souligner que les 36 navires, qui vont pêcher le thon, ne sont pas des concurrents de la pêche artisanale du Sénégal. Selon elle, les pirogues sénégalaises pêchent très rarement cette espèce qui en surplus dans l’Océan Atlantique.

Pour sa part, le ministre sénégalais de la Pêche et des Affaires maritimes, Ali Haïdar, soutient n’avoir fait que régulariser "une situation anormale", en signant un nouvel accord. Selon lui l'UE, depuis 2006, pêche gratuitement dans les eaux sénégalaises.

 

Sources :

Accord de Pêche: l’UPAMES dénonce un manque d’information    APS,  16 Mai 2014; Accord de pêche avec l’Ue: « C’est une négociation à l’avantage du Sénégal », selon Dominique Dellicour le soleil  16 Mai 2014; Accord de pêche Sénégal-UE : Bruxelles réagit face aux protestations des pêcheurs sénégalais SENENEWS.com  20 Mai 2014

TAG: 
Pêches
23 Septembre 2016
Le Parlement européen approuve l’APE avec les pays d’Afrique australe Le 14 septembre 2016, les membres du Parlement européen ont approuvé l’Accord de partenariat économique (APE) entre l’UE et six...
Share: 
23 Septembre 2016
En quête de ressources naturelles, de marchés pour leurs produits et d’opportunités d’investissement, les économies émergentes d’Asie du Sud-Est se font de plus en plus présentes sur le continent...
Share: