Singapour signe trois nouveaux accords économiques avec des pays africains

31 Août 2016

Souhaitant renforcer ses liens économiques et d’investissement avec le continent africain, Singapour a signé le 24 août trois nouveaux accords économiques avec des pays d’Afrique. Ces accords comprennent une convention en matière de double imposition avec l’Éthiopie, un traité bilatéral d’investissement (TBI) avec le Mozambique et un accord bilatéral sur les services aériens avec le Nigeria.

La signature de ces accords s’est déroulée dans le cadre de la quatrième édition de l’Africa-Singapore Business Forum, une conférence biennale organisée par International Enterprise (IE) Singapore, l’organisme gouvernemental chargé de la promotion du commerce international et du soutien aux entreprises singapouriennes pour leur développement à l’étranger. Ce forum constitue une importante plateforme d’échange entre les communautés économiques singapourienne et africaine. 

International Enterprise (IE) Singapore a également annoncé à cette occasion l’ouverture prochaine de son troisième centre en Afrique, prévue en 2017 à Nairobi. Ce centre aura pour but « d’aider les entreprises singapouriennes à accéder à la région en pleine croissance qu’est l’Afrique de l’Est », selon un communiqué de presse publié par l’organisme.
 

Stimuler le commerce, l’investissement et le tourisme 

Un communiqué de presse commun publié par le ministère du commerce et de l’industrie, le ministère des transports et le ministère des finances fournit un bref aperçu des accords signés mercredi. Il précise qu’en clarifiant les droits fiscaux et en minimisant la double imposition, la convention entre l’Éthiopie et Singapour devrait « réduire les barrières à l’investissement transfrontalier et stimuler les flux commerciaux et économiques entre les deux pays ».

Le document souligne également que le TBI entre le Mozambique et Singapour, qui codifie le traitement par les gouvernements des flux d’investissement entre les deux pays, devrait permettre aux entreprises de bénéficier d’une protection supplémentaire en plus de celle déjà apportée par les législations nationales. 

Pour ce qui est de l’accord sur les services aériens entre le Nigeria et Singapour, le communiqué de presse note qu’en permettant la création de lignes aériennes entre les deux pays, il encouragera le commerce, l’investissement et le tourisme et soutiendra les « flux de personne à personne » entre Singapour et le Nigeria.

Le ministre du commerce et de l’industrie de Singapour, S. Iswaran, qui a signé les trois accords, a souligné que l’Ethiopie, le Mozambique et le Nigeria sont trois économies en pleine croissance, qui offrent à ce titre d’importantes opportunités économiques aux entreprises singapouriennes.

« Au-delà des avantages purement sectoriels et fiscaux, ces accords attestent de la volonté et de l’engagement des gouvernements de part et d’autre de renforcer les liens économiques bilatéraux. […] Cela fait toute la différence, et contribue à convaincre les acteurs économiques que les gouvernements appuient et encouragent ces liens », a-t-il déclaré.
 

Développer les échanges avec l’Afrique, diversifier les liens économiques

Comme le reflètent les déclarations de différents ministres et représentants officiels de Singapour, la signature de ces accords et l’ouverture prochaine au Kenya du troisième centre africain d’IE Singapore s’inscrivent dans le cadre d’une stratégie plus large de développement des échanges avec le continent africain.

« Il existe un potentiel en Afrique – un continent riche en opportunités, qui a l’esprit d’entreprise et le sentiment qu’il est possible de donner les moyens à la population et aux entreprises de se développer. Nous devons contribuer à ce potentiel », a ainsi déclaré le vice-premier ministre et ministre des finances de Singapour Tharman Shanmugaratnam, lors de la session d’ouverture de l’Africa-Singapore Business Forum.

Cette démarche en direction de l’Afrique est toutefois relativement nouvelle, comme l’illustre le faible niveau des flux commerciaux existants entre Singapour et les pays africains. L’Afrique ne représente aujourd’hui que 1,5 pourcent environ du commerce singapourien.

Selon des statistiques présentées par les autorités du pays, le total des échanges bilatéraux de marchandises entre Singapour et les pays africains s’élevait à 10,9 milliards S$ en 2015 [8,1 milliards US$], dont 8,4 milliards S$ d’exportations vers l’Afrique et 2,5 millions S$ d’importations en provenance d’Afrique. À fin 2014, l’encours total d’investissement direct à l’étranger (IDE) de Singapour en Afrique était de 22,1 milliards S$ [16,3 milliards US$], tandis que celui de l’Afrique à Singapour était de 21,5 milliards S$.

Avec les accords signés mercredi, Singapour compte aujourd’hui sept TBI, huit conventions relatives à la double imposition et vingt accords relatifs aux services aériens avec des pays africains. Le pays ne compte cependant aucun accord commercial préférentiel avec des économies africaines.

S’exprimant lors de l’ouverture du forum, Lee Ark Boon, directeur général d’IE Singapore, a noté que malgré le niveau relativement modeste des échanges économiques à ce jour, les choses sont déjà en train de changer. « Depuis 2005, les échanges entre Singapour et l’Afrique se développent à un taux annuel composé de 5,2 pourcent […]. Avec une base de départ peu élevée, cela signifie que nous disposons d’un potentiel de croissance très prometteur », a-t-il indiqué. 

Comme l’ont souligné MM. Iswaran et Tharman à cette occasion, cette volonté de renforcement des relations économiques avec l’Afrique et de diversification des partenaires commerciaux et d’investissement est stratégique pour Singapour. « Bien que nos marchés étrangers traditionnels restent importants, les entreprises singapouriennes doivent s’aventurer au-delà de ces marchés pour saisir les opportunités offertes par les marchés non exploités de régions telles que l’Afrique », a déclaré M. Iswaran.

D’après le vice-premier ministre Tharman, cette stratégie de diversification de ses partenaires commerciaux et d’investissement « aidera Singapour à mieux résister aux aléas de l’économie mondiale ».

Cette démarche se veut également une stratégie durable. « Nous avons la volonté d’établir des relations à long terme avec les pays africains et continuerons de resserrer nos liens économiques avec le continent », a indiqué M. Iswaran.

Les dirigeants singapouriens sont également convaincus que le développement des échanges économiques entre leur pays et les économies africaines présente aussi des avantages importants pour l’Afrique, Singapour pouvant notamment servir de base d’entrée en Asie pour les entreprises africaines.

« Nous somme une base pratique en termes de logistique et d’orientation de nos entreprises et de notre population, et les entreprises africaines installées ici ont pu constater que cela jouait en leur faveur pour se développer en Asie », a fait valoir M. Tharman.
 

Il reste beaucoup de chemin à faire

Lors de l’inauguration de l’Africa-Singapore Business Forum, M. Tharman a également prévenu que l’Asie et l’Afrique devaient s’efforcer de contenir le sentiment de méfiance à l’égard du commerce et de la mondialisation qui gagne du terrain dans d’autres régions du monde.  

«  La mondialisation a encore du chemin à faire en ce qui concerne nos régions, et nous devons éviter de nous laisser gagner par ce discours négatif en provenance d’Europe et des États-Unis, qui résulte d’échecs politiques », a-t-il mis en garde.

Il a ainsi exhorté les deux côtés à poursuivre leurs efforts de développement de la coopération en vue de stimuler les relations commerciales et d’investissement. « L’Afrique et l’Asie seront les deux principales sources de croissance de la consommation sur les 20, 30 et 40 années à venir, mais si nous voulons intégrer nos économies, cela passe par le commerce et l’investissement », a déclaré M.  Tharman.
 

Reportage ICTSD

23 Août 2016
Bien que l’innovation devienne de plus en plus internationale, un fossé important subsiste dans ce domaine entre pays développés et en développement, d’après un nouveau rapport publié la semaine...
Share: 
6 Septembre 2016
Les dirigeants et les délégations du Japon et de nombreux pays africains se sont réunis les 27 et 28 août derniers à Nairobi pour la sixième Conférence internationale de Tokyo sur le développement de...
Share: