Soutenir les petits commerçants transfrontaliers africains

11 Juin 2018

Le petit commerce transfrontalier – souvent appelé commerce transfrontalier informel – est omniprésent en Afrique. Il a donc d’importantes implications sur le plan social et économique. Sur l’ensemble du continent, d’innombrables commerçants franchissent quotidiennement les frontières pour vendre leurs produits ou leurs services dans un pays limitrophe, une forme de commerce qui représente près de la moitié du commerce intra-africain, selon la FAO. Certaines estimations suggèrent également que ces activités commerciales contribuent aux revenus de plus de 40 pourcent des africains, ce qui atteste de leur importance économique.

Le petit commerce transfrontalier offre un potentiel considérable en termes de développement durable. Il contribue à la lutte contre la pauvreté en générant des revenus substantiels pour les communautés transfrontalières, et ses avantages potentiels vont encore plus loin. Certains experts soulignent ainsi que cette forme de commerce peut aussi contribuer à la sécurité alimentaire, à la diversification économique, et au maintien de la paix et de la stabilité en entretenant des liens sociaux et économiques par-delà les frontières. Un autre aspect clé est l’importance de la dimension liée au genre, car la majorité des petits commerçants transfrontaliers sont des femmes, ce qui signifie que cette activité est susceptible de jouer un rôle crucial pour l’autonomisation économique de celles-ci.

Malheureusement, les dirigeants africains ont longtemps ignoré le rôle de ce petit commerce en tant que vecteur positif de changement. Ce désintérêt est d’autant plus regrettable que les petits commerçants se heurtent à de sévères contraintes dans leur activité. Il est clair, cependant, que les politiques et les approches sont en train de changer. Quelques pays, communautés économiques régionales et partenaires de développement ont ainsi mis en place des mesures et des programmes dans ce domaine négligé mais important. Quelles sont les initiatives lancées pour faciliter le petit commerce transfrontalier et encourager sa formalisation ? Quelles sont les difficultés pratiques rencontrées par les petits commerçants africains et pourquoi est-il important de soutenir ces derniers pour les surmonter ? Comment exploiter au mieux le potentiel de cette forme de commerce en matière de développement ?

Le premier article, signé Paul Brenton et Carmine Soprano, insiste sur l’importance de maximiser les dividendes que le petit commerce transfrontalier peut générer en termes de développement et évoque quelques pistes pour y parvenir. Dans le second article, Lily Sommer et Chris Nshimbi réfléchissent au rôle potentiel de la Zone de libre-échange continentale africaine pour faciliter les activités commerciales à petite échelle. Emma Marie Bugingo évoque, quant à elle, la manière dont le soutien apporté aux petits commerçants peut favoriser l’autonomisation économique des femmes. Ce numéro contient également un article de Taku Fundira, dans lequel l’auteur s’intéresse aux régimes commerciaux simplifiés mis en place en Afrique orientale et australe. Le dernier article de ce numéro examine les grandes tendances et les évolutions du commerce transfrontalier en Afrique de l’Ouest sous un angle plus historique et général.

Comme toujours, nous sommes heureux de recevoir vos commentaires et suggestions. Écrivez-nous à passerelles@ictsd.ch.


Crédit photo : Jan Hoffmann

This article is published under
11 Juin 2018
Le petit commerce transfrontalier joue un rôle fondamental dans la réduction de la pauvreté et l’amélioration la sécurité alimentaire dans toute l’Afrique. Comment le soutenir pour exploiter tout son...
Share: 
27 Juin 2018
Bridges Africa et Passerelles se sont entretenus avec Fatoumata Jallow-Tambajang, vice-présidente de la Gambie, Kamrang Tekreth, secrétaire d’État au sein du ministère du commerce du Cambodge, et...
Share: