Sur le fil

23 Juillet 2012

Un accord préliminaire sur les conditions d’adhésion des PMA a été conclu à l’OMC
Le sous-comité des Pays les Moins Avancés  (PMA) de l'OMC a conclu un accord préliminaire mettant à jour les conditions d'adhésion pour les pays les plus pauvres. Une fois l'approbation formelle reçue, l’accord sera transmis au Conseil général pour adoption au plus tard, ce mois-ci.

La réunion de juillet du Conseil général a été définie comme la date limite pour la finalisation des recommandations, cependant, la difficulté des discussions à Genève a soulevé des doutes quant à la faisabilité de cet objectif.

Les discussions sur les conditions d’adhésion ont porté sur l'accès aux marchés des biens, en particulier le niveau de couverture obligatoire pour les PMA candidats, et les lignes tarifaires agricoles qui devront être fixées en fonction de certains prix de référence. Le débat sur l'accès aux marchés non agricoles a été particulièrement controversé. Le sous-comité a cependant accepté de fixer un niveau de 95 pour cent en ce qui concerne les lignes tarifaires pour les produits non agricoles, à un taux moyen consolidé de 35 pour cent. Contrairement à la section des biens, la section des services, dans le texte préliminaire, comprend des critères qualitatifs plutôt que des repères quantitatifs.

Pour lire l’article en entier, voir : https://fr.ictsd.org/bridges-news/bridges/news/wto-sub-committee-clinches-preliminary-deal-on-accession-guidelines-for (source en anglais)

Améliorer la productivité agricole : une priorité réaffirmée lors du G20
« Les gouvernements devraient restreindre les subventions agricoles et les restrictions à l’importation et à l’exportation afin d’augmenter la productivité agricole », affirme un rapport confidentiel réalisé par plusieurs agences internationales pour le compte du G20.

Réunis à Los Cabos, au Mexique, les membres du G20 se sont engagés à supprimer les restrictions à l’exportation et les taxes sur les aliments achetés pour des fins humanitaires par le Programme Alimentaire Mondial.

Le rapport, intitulé « Croissance durable de la productivité agricole et combler le fossé pour les petites exploitations familiales », met en avant la nécessité pour les pays développés d’apporter un appui technique et financier considérables ainsi que de mettre en place un cadre institutionnel et des conditions de marchés appropriées au développement durable. Cela devrait, sans doute, accroître la production alimentaire, faire baisser les prix et par ricochet, contribuer à lever le défi lié à la sécurité alimentaire.

Le rapport recommande également aux membres du G20 de « faire preuve d’esprit d’initiative dans les négociations multilatérales » afin que sortent de l’impasse les négociations de Doha notamment. De la même façon, il semble nécessaire que soit améliorée la coordination des politiques liées à la volatilité des prix alimentaires, optimisant ainsi les efforts des institutions et des réseaux dans ce domaine et rendant les actions menées sur le terrain plus efficaces.

Pour lire l’article en entier, voir : https://fr.ictsd.org/bridges-news/passerelles/news/améliorer-la-productivité-agricole-une-priorité-réaffirmée-lors-du-g20

Inquiétudes sur l’extension de la clause « textile » de l’AGOA
Les autorités gouvernementales africaines et américaines ont renouvelé mi-juin leur appel au Congrès américain afin d’étendre la clause « textile » de l’AGOA qui offre à plusieurs pays de l’Afrique Subsaharienne des avantages dans le domaine du commerce des textiles notamment.  La loi sur la croissance et les opportunités en Afrique (The African Growth and Opportunity Act - AGOA), adoptée par les Etats-Unis en 2000, offre à près de 6400 produits africains un accès préférentiel au marché américain.

Si la disposition sur les textiles jouit d’un large appui bipartisan au Congrès, observateurs et  responsables notent que le long processus législatif et la dynamique politique qu’il implique pourraient empêcher le renouvellement de la mesure avant la date butoir de fin septembre.

En mai, lors d’une réunion distincte, Kirk a déclaré que l’adoption rapide de la législation prorogeant la disposition relative aux tissus provenant de pays tiers (TCF) était nécessaire pour garantir la réussite constante de l’AGOA, ainsi que la croissance économique des pays d’Afrique Subsaharienne.

Responsables africains et groupes industriels américains ont eux aussi fait un appel public afin que la clause soit renouvelée argumentant que son expiration pourrait être « dévastatrice» à la fois pour les pays africains producteurs de tissus et à la fois pour les entrepreneurs américains.

Pour lire l’article en entier, voir : https://fr.ictsd.org/bridges-news/passerelles/news/des-responsables-américains-et-africains-défendent-l’extension-de-la

L’Afrique en route pour RIO+20 : quelles positions pour le développement durable ?
Vingt ans après le premier sommet de Rio en 1992, la communauté internationale s’apprête à se réunir dans cette même ville, afin de réfléchir sur des questions environnementales. Ces derniers mois, les acteurs œuvrant sur les sujets liés à l’environnement et au développement durable ont multiplié les rencontres et ateliers.

Ensemble, les Ministres africains ont convenu d’une « Déclaration africaine consensuelle  pour Rio+20». Dans cette dernière, ils soulignent la nécessité de « renforcer les engagements dans les domaines cruciaux pour le développement durable de l’Afrique, notamment l’amélioration de la productivité agricole et de la sécurité alimentaire; la promotion de la recherche-développement et de l’utilisation des biotechnologies aux fins du développement durable; la lutte contre la désertification et la détérioration des sols », entre autres.

La société civile s’est aussi fortement engagée dans la formulation d’une position commune africaine. Lors d’une rencontre les 30 et 31 mai dernier, les différents représentants ont rappelé la responsabilité qu’ont les chefs d’Etats africains à défendre des sujets tels que les droits de l’Homme, la bonne gouvernance et la justice sociale, lors du Sommet de Rio.

Une conférence internationale, réunissant divers acteurs à Douala en avril, a également clarifié la position africaine à adopter. La Déclaration qui en découle souligne la nécessité de trouver et de mettre en place de manière holistique un nouveau modèle économique limitant la dégradation de l’environnement et permettant de répondre de manière juste et équitable aux besoins des populations.

Malgré cet engagement, la communauté internationale a eu du mal, lors des différents cycles informels de négociations, à dégager un document commun exprimant l’ensemble de leurs attentes.

Pour lire l’article en entier, voir : https://fr.ictsd.org/bridges-news/passerelles/news/l’afrique-en-route-pour-rio20-quelles-positions-pour-le-développement

L’Afrique face à ses défis majeurs de développement
Le 22ème Forum économique mondial sur l’Afrique qui a rassemblé de nombreux  chefs d’Etat africains, des personnalités étrangères et  des décideurs financiers et économiques s’est tenu à Addis-Abeba en Ethiopie les 10 et  11 mai 2012 sous le thème « Façonner la transformation de l’Afrique ».

Tous se sont accordés sur le fait que le mode de gouvernance africain ne permettait pas d’assurer pleinement un développement économique, favorable au bien-être de la population et répondant aux besoins sociaux de la société. Les différents intervenants notamment Kofi Annan, ancien Secrétaire Général de l’ONU, ont invité  les Etats à revoir leurs politiques économiques.

Les participants de cette rencontre ont aussi identifié les principaux défis aux investissements en Afrique. Le continent offre en effet un potentiel énorme pour les investisseurs étrangers mais les cadres juridiques et institutionnels pour garantir la rentabilité et la viabilité des investissements font parfois défaut, d’où la nécessité de dépasser cette limite. Le manque d’infrastructures est consécutif de ce problème.

Favoriser l’innovation pour générer des opportunités partagées était aussi au centre des discussions.

Pour lire l’article en entier, voir : https://fr.ictsd.org/bridges-news/passerelles/news/l’afrique-face-ses-défis-majeurs-de-développement

This article is published under
23 Juillet 2012
La Loi sur la croissance et les opportunités en Afrique : Regard sur le passé, regard sur l’avenir - The Brookings Institution – Juin 2012 Ce rapport examine l'impact de l'African Growth and...
Share: 
23 Juillet 2012
Premier APE de l’UE avec une région africaine Dans un communiqué de presse, l’UE a annoncé que les Accords de Partenariat Economiques étaient arrivés à leur conclusion avec quatre Etats d’Afrique...
Share: