Un projet de loi américain en faveur d’accords de libre-échange avec l’Afrique subsaharienne

23 Mai 2015

Les sénateurs Chris Coons (Delaware) et Jim Inhofe (Oklahoma) ont déposé, le 19 mai 2015, un projet de loi intitulé « Africa Free Trade Initiative Act ». Ce dernier vise à charger le président américain d’établir un plan pour négocier et conclure des accords de libre-échange avec les pays d’Afrique sub-saharienne. Il prévoit également une collaboration entre le Bureau du représentant américain au commerce, la Millenium Challenge Corporation (MCC) et l’USAID – l'Agence des États-Unis pour le développement international  – dans la mise en œuvre des objectifs formulés par le plan. Le texte a été déposé en tant qu’amendement au projet de législation sur l’autorité de promotion du commerce (Trade Promotion Authority) qui est actuellement discuté par le Sénat.

De grandes opportunités

Dans sa présentation de cet amendement au Sénat américain, Jim Inhofe a souligné qu’une grande partie des économies qui connaissent les plus haut taux de croissance se trouve en Afrique. Le texte vise donc à capitaliser sur le dynamisme et le potentiel considérable de ces économies africaines, afin de développer une relation mutuellement bénéfique entre les États-Unis et l’Afrique subsaharienne. « Il n’y a pas de continent qui offre des opportunités de partenariat et de croissance plus grandes que l’Afrique », a déclaré Inhofe.

Depuis l’année 2002, le commerce annuel entre les États-Unis et l’Afrique subsaharienne s’est accru de 72.5 milliards de dollars américains, ce qui équivaut à une augmentation de 47%. Certaines estimations suggèrent également que l’African Growth and Opportunity Act (AGOA) a contribué à créer jusqu’à 300'000 emplois en Afrique subsaharienne, et 100'000 autres aux États-Unis. Coons et Inhofe sont à compter au nombre des soutiens de longue date de l’AGOA, mais selon eux le temps est venu de passer à la vitesse supérieure et de regarder vers l’avenir, en développant des accords de libre-échange avec les pays de la région. « Puisque les économies africaines sont, au 21ème siècle, en train de mûrir, les relations commerciales entre ces dernières et les États-Unis devraient en faire de même », a ajouté le sénateur. 

L’objectif de l’amendement présenté au Sénat consiste donc à approfondir les relations commerciales avec les pays d’Afrique subsaharienne de manière bilatérale. Pour les pays jugés comme pas encore « prêts » pour la signature d’un accord de libre-échange, le texte exige que l’administration spécifie clairement les progrès qu’il reste à accomplir avant de pouvoir négocier un tel accord, et qu’elle identifie également les ressources nécessaires dans cette optique. La Millenium Challenge Corporation et l’USAID pourrait alors apporter leur contribution en aidant ces pays à se préparer à une relation commerciale plus large avec les États-Unis.

Ne pas se retrouver à l'écart

L’Africa Free Trade Initiative semble aussi répondre à certaines préoccupations face à l’engagement croissant d’autres acteurs majeurs en Afrique subsaharienne, alors que de leur côté, les États-Unis ne se sont jusque-là montrés que peu ambitieux. « À l’heure où le gouvernement américain ignore l’Afrique subsaharienne en tant que potentiel partenaire commercial majeur, malgré ses grandes avancées économiques, des pays comme la Chine et le Brésil procèdent à une expansion agressive des leurs liens économiques avec la région », a déclaré Inhofe.

Il est également possible d’interpréter cet amendement comme une tentative de réaction aux accords de partenariat économiques négociés entre l’Union européenne et les régions africaines. Ces derniers marquent le passage, dans les relations commerciales entre l’UE et les pays ACP, d’un régime unilatéral et non-réciproque à un régime basé sur des accords réciproques – bien qu’asymétriques. « Les accords de partenariats avec l’Union européennes ont tous été signés, donc nous nous retrouvons à l'écart », s'est encore inquitété le sénateur.

Rapport ICTSD; "Inhofe, Coons Introduce African Free Trade Initiative Act", communiqué de presse du bureau de Jim Inhofe, 19 mai 2015.

19 Mai 2015
Le sénat états-unien a adopté, le 14 mai 2015, un projet de loi visant à renouveler l’accès en franchise de droits au marché américain pour les pays d’Afrique subsaharienne par le biais de l’ African...
Share: 
29 Mai 2015
Régionalisme transformatif, commerce et défi de la réduction de la pauvreté en Afrique (en anglais) – CNUCED – Mai 2015 Ce document préconise un changement de modèle en matière d’intégration...
Share: