Un sommet historique revigore la relation Chine-Afrique

8 Décembre 2015

Le second sommet du Forum sur la coopération sino-africaine (FCSA, en anglais FOCAC), qui s’est tenu du 4 au 5 décembre à Johannesburg, a débouché sur un large ensemble d’initiatives visant à renforcer le partenariat entre la Chine et l’Afrique. Ces initiatives incluent l’adoption d’une déclaration et d’un plan d’action soulignant des mesures spécifiques en vue d’approfondir la coopération entre les deux partenaires, ainsi que 60 milliards de soutien financier de la part de Pékin.  

Organisé autour du thème « L’Afrique et la Chine progressent ensemble : une coopération gagnant-gagnant pour le développement commun », le FCSA vise à promouvoir la coopération bilatérale entre la Chine et l’Afrique par le dialogue. La rencontre survient alors que les investissements chinois en Afrique ont sensiblement diminué au cours du premier semestre de l’année 2015.
 

Un soutien financier de 60 milliards US$

À la fin du sommet du FCSA, réuni pour la deuxième fois en 15 années d’existence du forum et pour la première fois en Afrique, le Président chinois Xi Jinping a promis un montant total de 60 milliards US$ de soutien financier pour le continent africain. Ces financements devraient inclure 35 milliards de prêts préférentiels et de crédits à l’exportation, 5 milliards de prêts à taux zéro, 15 milliards de capital pour le Fonds de développement Chine-Afrique, ainsi que 5 milliards de prêts pour le développement des petites et moyennes entreprises (PME) africaines.

« C’est un montant important », a annoncé le Président sud-africain Jacob Zuma. Du côté chinois, le président Xi a déclaré que «  les relations entre la Chine et l’Afrique ont atteint aujourd’hui un niveau de croissance sans précédent dans l’histoire ».

Cet ensemble d’investissements annoncés par le Président chinois Xi Jinping couvre une dizaine de projets de coopération dans plusieurs domaines relatifs au développement, tels que l’industrialisation, la modernisation agricole, les infrastructures, les services financiers, le développement vert, la facilitation des échanges et des investissements, la réduction de la pauvreté, la santé publique, la paix et la sécurité. Selon Nkosazama Dlamini-Zuma, la Présidente de la Commission de l’Union africaine, les 10 projets identifiés sont conformes aux priorités africaines définies dans l’Agenda 2063 – un cadre stratégique pour les aspirations africaines en matière de développement pour les 50 prochaines années.

Les statistiques montrent qu’en 2014, le commerce entre la Chine et l’Afrique a dépassé 220 milliards US$, alors que l’investissement chinois en Afrique a franchi la barre des 30 milliards. Néanmoins, l’importance du soutien financier promis par la Chine lors du sommet a surpris nombre d’observateurs, en particulier au vu du ralentissement considérable de l’économie chinoise.

Au cours de la dernière décennie, une part importante de la croissance africaine a été mue par les exportations de matières premières en direction de la Chine. Alors que les conséquences exactes du fléchissement économique du géant asiatique pour les économies africaines sont encore en cours d’évaluation, le Fonds monétaire international note que le grand volume de commerce entre l’Afrique et la Chine expose fortement le continent africain à d’éventuels effets de débordement négatifs en provenance de Chine (voir Passerelles, 15 septembre 2015).
 

Déclaration de Johannesburg

Le sommet a également adopté la déclaration et le plan d’action de Johannesburg. Ce dernier esquisse certaines actions spécifiques en vue de promouvoir la coopération entre la Chine et l’Afrique. Selon l’agence Xinhua, Zuma a affirmé que l’annonce de ce plan en 10 points constitue la preuve que la Chine « écoute ce que l’Afrique a à dire ». « La Chine n’est pas venue avec ses idées préconçues. Elle a rempli les attentes des dirigeants africains », a-t-il ajouté.

« La Chine soutient fermement la résolution des problèmes africains par les Africains selon leurs modalités. […] Elle va aider l'Afrique à atteindre l'auto-développement et à créer un environnement pacifique et stable pour obtenir des progrès sur le long terme », a déclaré le ministre chinois des affaires étrangères, Wang Yi, lors d’une conférence ministérielle qui s’est déroulée avant le sommet du FCSA.

Le sommet a réunis plus de 40 chefs d’État et de gouvernement, des représentants de l’Union africaine (UA), ainsi que des responsables d’organisation régionales et multilatérales.


Compte rendu par ICTSD, article initialement paru dans Bridges Africa7 décembre 2015.
Sources: “China aims to counter western influence in Africa,” The Irish Times, 7 décembre 2015; “China reiterates commitment to stronger ties with African countries,” Xinhuanet, 4 décembre 2015; “AU Chairperson lauds Chinese President's speech at FOCAC summit,” New China, 6 décembre 2015; “China’s Xi Jinping commits to ‘win-win’ co-operation with Africa,” Financial Times, 4 décembre 2015.

TAG: 
Afrique, Chine
7 Décembre 2015
Après une semaine de discussions dans le cadre de la conférence historique des Nations unies sur le climat qui se déroule à Paris, les pays se sont mis d’accord sur un projet d'accord de 42 pages...
Share: 
14 Décembre 2015
L’année écoulée a vu un regain d’activité dans le cadre des « négociations sur les règles » de l’OMC, divers membres de l’organisation ravivant les discussions sur le renforcement des disciplines...
Share: